Skip to main content

Full text of "Tableau oeconomique : first printed in 1758 and now reproduced in facsimile for the British Economic Association"

See other formats


TABLEAU O ECONOMIQUE 



l'.Y 



FRANÇOIS QUESNAY 



KIRST PRINTED IX 175S AND NOW REPRODUCED IN FACSIMILE 
FOR THE BRITISH ECONOMIC ASSOCIATION 



îLonïion 
MACMI LLAN AN D CO. 

AND N LU YOK K 
I894 



Price Two S// 1 II i nos and Sixpence net 



& 



v___, f 



TABLEAU OECONOMIQUE 



FRANÇOIS QUESNAY 



FIRST PRINTED IN 1758 AND NOW REPRODUCED IN FACSIMILE 
FOR THE BRITISH ECONOMIC ASSOCIATION 



LON DON 

1894 ^ \° 



PREFACE. 

THE Tableau Oeconomique now printed in facsimile from an 
original copy of 1759 with Quesnay's manuscript notes, has 
only recently been rediscovered by Dr Stephen Bauer, Austrian 
correspondent to the British Economie Association. In his well- 
known édition of the works of Quesnay in 1888, Prof. A. Oncken 
of Berne, the Association's correspondent for Switzerland, was 
forced to refer to the first édition of the Tableau as lost beyond 
hope of recovery. The professor of history at Zurich, Dr Alfred 
Stern, in his review of Oncken's Quesnay hazarded a conjecture 
that the Tableau might perhaps be found among the papers of 
Quesnay's chief disciple — the elder Mirabeau — in the Archives 
Nationales at Paris. Upon this hint Dr Bauer examined the 
papers, and was fortunate enough to find the document now 
reproduced. 

Editions of the Tableau with some altérations were published 
by Mirabeau in 1760 and 1763 and by Dupont de Nemours in 
1766 and 1767. The original édition, however, privately 
printed at the palace of Versailles, was issued in exceedingly 
small numbers and thèse appear to hâve been very carefully 
suppressed. 

The manuscript of this first édition is still extant among 
the papers of Mirabeau. In 1759 this édition was reprinted 
with some slight modifications, for Quesnay's private use, only 
three copies being struck off, of which one, with Quesnay's 
annotations, was sent to Mirabeau. Making use of this copy 
Mirabeau composed his Tableau économique avec ses explications, 
as an appendix to his prize-essay on agriculture for the économie 



society in Berne ( 1 760) and later on, in co-operation with 
Quesnay, the chapters on the distribution of income in the 
Pliilosophie rurale (1763). In a more systematic manner it was 
recast by Quesnay in his celebrated Analyse et Formule dît 
Taâleau Economique (1766 and 1767). It is from the work hère 
reprinted in the shape and type of the original document that ail 
the later theoretical work of the physiocratic school took root. 

Though the Tableau is followed by its own explanation, a 
few prefatory remarks may be found helpful in making clear its 
purpose and significance. 

The French finances which had been drilled into some 
regularity by Sully, the great minister of Henry IV., had fallen 
into hopeless disorder during the long reign of Louis XIV. 
(1643 — 171 5), whose ambitious foreign policy, reckless magni- 
ficence, and costly administration created a burden of expense 
utterly disproportionate to the resources of the taxpayers. 
Matters were not much mended under the voluptuaries who 
succeeded him — the Régent Philippe duc d'Orléans, and Louis 
XV. (1715 — 1774)- But even before the accession of the 
well-intentioned, though weak, Louis XVI., reformers took 
heart, and Quesnay, the physician of Louis XV., endeavoured 
to prove that the économie misery of the people might be 
relieved by measures which should at the same time improve 
the royal finances. The wealth of the king, he saw, depended 
upon the wealth of the people — the source whence it was 
drawn ; and the wealth of the people, he thought, depended 
chiefly upon the profitable pursuit of agriculture — its principal 
industry. The most urgent needs of agriculture were capital 
and freedom. It had been starved of the first by the un- 
profitable consumption, year by year, of an unduly large share 
of the national wealth : it needed the second because it was 
impeded not only by its own burdens (aggravated as they were 
by the exemptions of privileged nobles and clergy) but also 
by the numerous and harassing taxes imposed upon commerce, 



which restricted its market. The nation, Quesnay thought, 
should cease to live upon its capital to the détriment of efficient 
production, and a greater portion of wealth should be devoted 
to the support of agricultural industry [dépenses productives), a 
smaller to such relative superfluities as décoration {dépenses 
stériles) ; while a more équitable and economical principle of 
taxation should be adopted, by the levy of one tax and one 
alone — upon the net returns of agriculture (impôt unique), — in 
place of the cumbrous fiscal System in use. The économie 
activities of the nation freed from their former shackles were to 
be allowed free play. The beneficent opération of " natural 
laws" vvonld then ensure a maximum of productivity both of 
wealth and of taxes, while the simple taxation of wealth at its 
source would work the minimum of mischief. The statesman's 
rule of thumb was to be laissez-faire ; and his danger-post was, 
in the words of Ouesnay's motto, pauvres paysans, pauvre 
royaume ; pauvre royaume, pauvre roi. 

The Tableau Oeconomique essays, by analysis of the circula- 
tion of wealth, to shew the importance of wise consumption in 
the accumulation of reproductive capital. It is assumed that 
agriculture, "as in England," yields a return of ioo per cent. 
The further hypothesis is adopted of an equal division of 
expenses into those which are "productive" and those which 
are not, and the continued reproduction of the productive 
expenses is shewn on the left of the table, the successive 
sections of unproductive expenses on the right. If the hypo- 
thesis be modified so as to allow the right hand column to 
preponderate at the expense of the left " it is seen that an 
opulent nation may very rapidly be ruined by [e.g.] excessive 
luxury of décoration." Conversely a prépondérance on the left 
will increase the national resources. Further assumptions as to 
the amount (300 livres) necessary for the support of an average 
family, and the number of ploughs needed for cultivation of the 
country (1 per 120 acres and as many men as there are ploughs) 



etc. lead up to a conclusion with regard to the productive power 
of the country as a whole on condition that certain specified and 
existent obstacles are not encountered. 

Thèse views, their novelty and influence, constitute one of 
the most important chapters in the history of économie and 
financial theory. For a fuller account référence should be made 
to Dr Bauer's fortheoming article in the Economie Journal for 
March 1895 (No. 17, Vol. v.), and to the authorities there quoted. 

The Tableau is perhaps best known to English readers from 
the référence which Adam Smith makes to it in the Wealth of 
Nations and his quotation of the extravagant phrases of 
Mirabeau, who declared that the three great inventions in the 
history of the world " which hâve principally given stability to 
political societies" are the inventions of handwriting, of money, 
and the Tableau Oeeonomique. 

A vvork which has in its time been regarded as the fous et 
origo of scientific économies is fitly reproduced in the présent 
bi-centenary year of Quesnay's birth. It will be remembered 
that had Quesnay lived long enough it was Adam Smith's 
intention to dedicate to him the Wealth of Nations. The 
présent publication can therefore hardly fail to interest the 
members of the British Economie Association. 

The best thanks of the Association are due to Dr Bauer, to 
Monsieur E. Castelot, its correspondent in Paris, for his care in 
supervising the photography of the manuscripts by M. Sauvanaud, 
and to Prof. H. S. Foxwell for superintending the engraving 
carried out by Mr Dew-Smith of Cambridge. 

9, Adelphi Terrace, 
London, W.C. 

December, 1 894. 



BIBLIOGRAPHE 

Editions of the Tableau Economique. 

i. Manuscript draft of the first édition (1757— 1758). 
Archives Nationales, Paris, M.' 784. 

2. First printed édition (December 1 758). Unknown. 

3. Second printed édition now reproduced from one of 
three copies (end of 1759). 

4. Mirabeau, L'Ami des hommes, suite de la sixième 
partie, 1 760. Le Tableau Economique avec ses explications. 

5. Mirabeau and Quesnay, Philosophie rurale, 1 763. 

6. Mirabeau, Eléments de Philosophie rurale, 1767. 

7. Quesnay, Analyse du Tableau Économique. Journal de 
l'Agriculture, du Commerce et des Finances. Juin 1766. Re- 
printed in : 

8. Dupont de Nemours, Physiocratie ou Constitution natu- 
relle du Gouvernement le plus avantageux au genre humain 
(November 1767). À Leyde, 1768, pp. 43 — 172. 

9. Abbé Baudeau, Explication du Tableau Économique à 
Madame de * * *. Éphémerides du Citoyen, 1767, Vol. xi., xn. 

10. Maximes générales du gouvernement agricole le plus 
avantageux au genre humain. Par M. Quesnay de l'Académie 
des Sciences. (A folio engraving, containing Maximes 1 — 10 
below the picture of a watermill, 1 1 — 20 below that of a plough, 
21 — 30 below that of a windmill.) T. B. Germans Invent, et 
Sculpteur 1775, litt. et approuvé ce 14 Juillet 1775 Cadet de 
Lameville. Vu l'approbation, permis d'imprimer le 15 Juillet 
1775 Albert à Paris au Bureau de la Correspondance rue des 
deux portes St Sauveur. Et à Versailles chez Blaisot. (Biblio- 
thèque Nationale, Réserve, Imprimés.) 

11. E. Daire (Reprint of No. 7). Collection des princi- 
paux économistes. Les Physiocrates, Vol. 1. Paris, 1846. 

12. A. Oncken, Œuvres économiques et philosophiques de 
F. Quesnay, 1888, pp. 305—359, 440—444. 



Rcccnt writings on Quesnay and his Tableau Economique. 

Bauer, Dr Stephan, Zur Entstehung der Physiokratie. Auf 
Grund ungedruckter Schriften François Quesnay's. Conrad's 
Jahrbucher fur Nationalôkonomie und Statistik, Neue Folge, 
Bd. xxi. pp. 113—159 (1890). 

Bauer, Dr Stephan, Studies on the origin of the French 
Economists. Quarterly Journal of Economies, Vol. v. No. 1 
(October, 1890), pp. 100—107. 

Bauer, Dr Stephan, " Ephémerides." Article in Mr R. H. 
Inglis Palgrave's Dictionary of Political Economy, Vol. 1. 1894, 

PP- 743—747- 

Hasbach, Wilhelm, Die allgemeinen philosophischen Grund- 
lagen der von François Quesnay und Adam Smith begriindeten 
Politischen Oekonomie, 1890. 

Hasbach, Wilhelm, Les fondements philosophiques f de 
l'Économie politique de Quesnay et de Smith. Revue d'Éco- 
nomie Politique, vu. année, 1893, pp. 747 — 795. 

Knies, Karl, Cari Friedrichs von Baden brieflicher Verkehr 
mit Mirabeau und Du Pont. Heidelberg, 1892, 2 vols. Cf. 
especially Vol. 1. pp. cxxxvi, cxxxix; Vol. ri. p. 108. 

Lexis, Wilhelm, art. " Physiokratische Schule" in the Hand- 
worterbuch der Staatswissenschaften etc. Bd. v. pp. 151 — 154. 

Oncken, August, Der altère Mirabeau und die ôkonomische 
Gesellschaft in Bern. 1886. Cf. pp. 17 — 18, 64. 

Oncken, August, Zur Geschichte der Physiocratie. Schmol- 
ler's Jahrbuch fiir Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirt- 
schaft. xvii. Jahrgang (1893), pp. 462 — 484. 

Oncken, August, Ludwig XVI. und das physiokratische 
System. Frankenstein's Zeitschrift fiir Literatur und Geschichte 
der Staatswissenschaft. Vol. 1. (1893), pp. 27 — 53. 

Oncken, August, Zur Biographie des Stifters der Physiokratie, 
François Quesnay. I. Ibidem, Vol. 11. (1894), pp. 389 — 415. 

Oncken, August, "Quesnay." Article in the Handwôrter- 
buch der Staatswissenschaften, éd. by Conrad, Elster, Lexis, 
Loening. 

Schelle, G., art. " Physiocrates," " Quesnay," in the Nouveau 
Dictionnaire d'Économie Politique, publié sous la direction de 
M. Léon Say et de M. Joseph Chailley. Paris, 1892, t. 11. 
PP- 473—486, 687—695. 

Stem, Alfred, in Die Nation, Vol. vi. No. 29, p. 446 
(April 20, 1889). 

Stem, Alfred, Das Leben Mirabeaus. Berlin, 1889, Vol. 1. 
p. 30. 



TABLEAU ECONOMIQUE 

Objets a considérer ,i'. "Dois sortes Je- Jepc/iscàj 2 °. teui^ source ; 3 . Icurô-J 
avançai ; 4. leuit Jùriribuùon- ; 5 . leurs ejfets ; 6".law~ reproduction. ; y leurs 
rafrports enlr elUô ; 8 'Luis rapports avec- lapopidalwtv ; y " avec, L OU - 
qricuUure ; 10 . û aXrcc l indus brie/- u ".avec le comrriercej ; 11. avec la, masse 

Des richesses J une Nation . , 

DEPENSES DEPENSES DU REVENU, DEPENSES 



11i>uk>1 prélevé , se aiHattet 

VRODX'CTiyES 1 I, • t . •■ STERILES 

t agriculture ,3cc ' l uu'iurtnc.,<x.i 

ClycutoiX- OMuatflàX- SKjùvùaju (XvaualcLcuvnudLw. 

innirm-oàuuv un revenu Je 7 atvniicl pour les Owvnlc/ns tics 

cWTjûra ôocT t)c Dépenses Sorties , ■''<""£- ' 

boo . produisait nct~ t>co,. oao. 



?>o'ç reproduisent riet Sao. xmci*' 3<.>o. 

' ■••■ "loitU-, -'>• 

a'..j «tp» .'.".'.::.'":'.:■■■■"••••» ="■'■ .... j>i2sj-e icy 

i 5<i fi'prod 'u Lient itet i 5 o . >,m>t.u ....'..'.': ;ï o°. 

' ".^ntie &^ :.?.«-*•'•• 

7 S.rëpi-cdulsent net • -■ . •• -j5. 7.."."-'~-7 

.''7 . loL.rçprcduwenl nel . .3y..lO. „..~...""-~ : 3 7" 10 

: >'. . i $:j%pjiyd'LLcnt net i8..i.'< [~~Z'.~'-"-'l &■■■>$ 

. *>.. ZZ "'" -:^'' .^ 

y.. ...t.. ..6; "...rçprcdiuSent net y ....y... o. "<?.. y-- <->• 

4 .i^...oy.rcpr3 jugent ner ^..j3... q. '.. .. "■ 4- 1 ^-- -y 

2. . t. -JO , J-^frf-oJt' Lotir net 1...6.-IQ. ..... '2- .6..J.O 

i....l' oSrcirr-cditLent net j...3..,5. "~"«~.'.*i. . 3,.'- S 

O. il.- S.tepryôuijctit net O...U...8. '.'. O.U-...8 

o... â .iar,cfZt:opui)cttt rtttr. .'.:... ..o... S-.ic 1.1'".!'-'-- e~. 0...10 

o. . .2 ..il 'reproduisait net o... a..//. *"'.'.'. '■"'■f ■■■Z..J.1 

0-...1-. S reproduisait netr. ■■ .o e...â 0.--1--..S 



HEPB-QDTJIT TOTAL 600 . . Je revenu, ; Je plue y Là p W annuels 

.de, 600 fet leà intérêts Jet) avances primitives du, Lab oureur , de 3oo ?. tpie > la. ^ 
terre restitue . OHnél la, reproJuetùm, cet de 1S00 , compris- Le revenu Je 600. qui 
eét la, base Jn calcul ^spruU^ioriJaltc Jeumpot prélevé f et Jcô avances au eœiye 
s as reproduction, annuelle- > , Sec. Kyyct- L Explication/ a, la. paqc suivante ■ 



EXPLICATION 

DU TABLEAU ÉCONOMIQUE. * 

LES Dépenfes produclives^om employées à l'agriculture ,' A > 
prairies, pâtures, forets, miries, pêche, &c. pour per- 
pétuer les richefîes, en grains, bonTons, bois, beftiaux, 
matières premières des ouvrages de main-d'œuvre, Sic. 

Les Dépenfes flériles Ce font en marchandises de main- ^ y 
d'oeuvre, logemens, vetemens, intérêts d'argent, domef- 
tiques, frais de commerce, denrées étrangères, &c. 

La vente du produit net que le Cultivateur a fait naître 
Tannée précédente , par le moyen des^Avances annuelles de 
600 liv. employées à la cu'tare par le Fermier, fournit au 
Propriétaire le payement d un revenu de 600 livres. 

Les avances Annuelles de 300 liv. des dépenfes ftérile^ A._j 
ibnt employées pour les fonds & les frais du commerce , ~v 

pour les achats de^ matière] première |4'ouvrage/ de main- ($ / j jS /fle, 

d'œUVre ,~~5T~pOUr la iUbîiïldnCe &. autre* Lcfuiio Je YdS' 

tifan, jufqu'à ce qu'il ait achevé & vendu fon ouvrage. 

Les 600 liv. de revenu font dépenfées par le Proprié- 
taire, moitié à la clafle des dépenfes productives en pain, 
Vin , viande , &c. & l'autre moitié à la clafTe des dépenfes 
ftériles en vetemens, emmeubiernens , uftenflîes, &c. 

Ces dépenfes peuvent Ce porter plus ou moins d'un côté 
©u de l'autre, félon que celui qui les fait fe livre plus ou 
moins au luxe de fubiîftance, ou au luxe de décoration» 
On a pris ici l'état moyen où les dépenfes reproduclives 

lenouvellcnt. d'année en année le même revenu. Mais on 

a 



peut juger facilement des changemens qui arriverolent dam 
la reproduction annuelle du revenu, félon que les dépenfes 
ftériles ou les dépenfes produéKves l'emporteroient plus ou 
moins l'une iur l'autre: on peut, ciis-je. en juger facilement 
par les changemens mêmes qui arriveroient dans l'ordre du 
tableau. Car fuppofé que le luxe de décoration augmentât 
d'un fixième chez le Propriétaire , d'un fîxième chez l'Ar- 
tifan^ d'un fixième chez le Cultivateur, la reproduction 
du revenu de 600 liv. fe réduiroit à ^bo liv. Si au con- 
traire l'augmentation de dépensé étoit portée à ce degré 
du côté de la confommation , ou de l'exportation des denrées 
du cru , la reproduction du revenu de 600 liv. monteroit 
è ^ô ff liv. ainfi progressivement. On voit par-là que l'excès 
du luxe de décoration peut très-promptement ruiner avec 
magnificence une Nation opulente. 

Les 300 livres du revenu qui dans l'ordre du tableau 
*mt pafl'é aux dépenfes productives, y rendent en argent 
des avances, lefquelles reproduifent net 300 liv. qui font 
partie de la reproduction du revenu du Propriétaire : Et 
par le îcfle de la dîïhibûnûïi des lùïnmës' qui reviennent 
à cette même clalTe , le revenu total eil reproduit annuel- 
lement. Ces 300 liv. dis- je, qui reviennent d'abord à La 
clafTe des dépenfes productives par la vente des produirions 
que le Propriétaire y achette , font dépenfées par le Fer- 
mier, moitié en confommation de productions fournies pat 
cette même clafîe , & Fauire moitié en entretien de vête- 
meas , uftenfiles , inftrumens , cVc. qu'il paye à la clafle des 
dépenfes ftériîes. Et elles renaiiïent avec le produit net. 

Les 300 liv. du revenu du Propriétaire, qui ont pafTé à 
la cialle des dépenfes ftériles . font dépenfées par l'artifan, 



moitié à la claïïe des dépenfes productives en achats de 
productions pour la fubhltance , pour les matières pre- 
mières des ouvrages , & pour le commerce extérieur ; & 
l'autre moitié efr partagée pour l'entretien, & pour la resti- 
tution des avances, à la ciaiTe même des dépenfes ftériles. 
Cette circulation & cette diftribution réciproque Ce conti- 
nuent dans le même ordre par foudivirtons jusqu'au dernier 
denier des fommes qui partent réciproquement dune cUfGe 
de dépenfeï à l'autre clarté de dépenfes. 
- La circulation porte 600 liv. à la eixffe des dé-penfes 
Itériles , fur quoi il faut en retirer 300 livres pour les 
çvemees annuelles i il relie 300 livres pour le falaire. C5 
faîaire eft égal aur 300 liv. que cette ciaïïe reçoit de la 
clarté des dépenfes productives, & les avances font égales 
aux 300 liv. du revenu qui parte à cette même clarté de 
dépenfes ftériies. 

Les productions de l'autre clarté font de ï 100 livres, 
diftraction faite de l'impôt , de la dixme , & de l'intérêt des 
avances du Laboureur , qui feront considérées à part , pour 
ne, pas trop compliquer y fc*xÀxj> rL*e A.<£p*nfesi Dant la dé- 
penfe des 1100 livres de productions, le Propriétaire du 
revenu en achette pour 300 liv. (1 en parte pour 3 00 liv. I J 
à la clarté des dépenfes itériles , dont la moitié qui eft de \ 
150 liv. eft confommée pour la fubfiftance dans cette clarté - 9 A 1 
l'autre moitié qui eft de 150 liv. eft enlevée pour le com- \ ^ „ 
merce extérieur qui fe rapporte a cette même clarté. Enfla 
il y en a pour 300 livres qui font confommées dans la 
clarté des dépenfes productives , par les hommes qui les 
font naître, & pour 300 liv. employées pour la nourri- 
ture & entretien des beftiaux. Ainli dos 1100 livres de 



ÎV 

productions, cette claffe en dépenfe 600 liv. & Ces avances 
de 600 liv. lui font rendues en argent par les ventes qu'elle 
fait au Propriétaire & à ia claife des dépenfes ïlëriles, Ua 
.<*&& huitième du total de ces productions entr e^ dans le com- 
jjoti- jSrlh merce extérieur jen exportation , f& en matières premières 
& nourriture pour les ouvriers du pays qui vendent leurs 
f^THCtj-M+f^: ouvrages aux autres Nations, ^£>ies ventes du Commer- 
çant contrebalancent les achats des marchandifes , & de la 
matière d'or & d'argent que l'on tire de l'étranger. 

Tel eil Tordre diflributif de la confommation des pro- 
ductions du cru entre les claiïes de citoyens , & telle eft 
l'idée que l'on doit fe fermer de l'ufage &: de l'étendue 
du commerce extérieur d'une Nation agricole florifTante. 

Le débit réciproque d'une claÏÏe de dépenfe à l'autre 
dHlribue le revenu de 600 livres de part & d'autre; ce 
qui donne 300 livres de chaque càté 7 outre les avances 
qui font confervées. Le Propriétaire fubfifle par les 600 
livres qu'il dépenfe. Les 300 livres distribuées a chaque 
claffe de dépenfes, ajoutées aux produits de l'impôt, de 
ia dixme . &c. Qm- r. r " ,,f witravér;' peuvent y nourrir aa 
homme dans l'une & dans l'autre: ainn* 600 liv de revenu 
& les dépendances peuvent faire fubiïfter trois hommes 
chefs de famille. Sur ce pied , 600 millions de revenu 
peuvent faire fubfifter trois millions de familles eflimées 
à quatre perfonnes, de tcu; âge, par famille. 

Les frais fournis par les avances annuelles de la claffe 
des dépenfes productives qui renaiflent aulii chaque année, 
& dont environ la moitié eft oepenfée pour la nourriture 
des beftiaux, & l'autre moitié en payement de falaire pour 
fes hommes occupés aux travaux de cette clalTe, ajoutent 

30a 



500 millions de dépenfes qui peuvent, avec la part des 
autres produits qui y font annexés, faire fubfifler encore 
un million de chefs de familles. 

Ainft ces 900 millions qui, abftraftion faite de l'impôt , 
de la dixme , & des intérêts des avance» annuelles & des 
avancev primitives du Laboureur, renaîtroient annuellement 
des biens-fonds, pourroient faire iùbfifter feize millions de 
perfonues de tout âge, conformément à cet ordre de cir- 
culation &. de distribution des revenus annuels. 

Par circulation, on entend ici les achats de la première 
main , payés par le revenu qui fe partage à toutes les 
clafTes d'hommes, ditëra£Hon faite du commerce, qui mul- 
tiplie les ventes & les achats, fans multiplier les chofes> 
& qui n'eft qu'un furcroît de dépenfes dénies. 

Les richefjes de la clajje des Dépenfes productives d'une 
Nation où les Propriétaires des terres ont conftamment 
600 millions de revenu, peuvent être évaluées ainfî. 

Un revenu dp rîon millions pour les Propriétaires wp- 
pofe en outre 300 millions d'impôts ; & 1 j o millions pour 
ia dixme du produit annuel , total frais compris , qui fe 
lèvent fur les parties de culture décimables : Ce qui forme 
en total 1 milliard 50 millions, le revenu compris: De 
plus , la reproduction de 1 milliard 5 o millions d'avances 
annuelles , & no millions d'intérêt pour ces avances 3 
1 o pour 1 00: Le tout enfemble eft . . . 2 y i 10,000,000', 

Dans un royaume où il y auroit beaucoup de vignes, 
de bois, de prés, &c. il n'y auroit qu'environ les deu^c 
tiers de ces x milliards no millions, qui s'obtiendroient 
par le travail de la charrue. Cette partie exigeroit , dans 
un bon Etat de grande culture exécutée par des chevaux, 

b 



l'emploi de trois cens trente-trois mille trois cens trente- 
quatre charrues à i 20 arpens de terre par charrue, trois 
cens trente -trois mille trois cens trente -quatre hommes 
pour les conduire , & 4 o millions d'arpens de terre. 
^ . Cette culture peut s'étendre en Français plus <k 60 

^^' millions d arpens. 

On ne parle pas ici de la petite culture exécutée avec 
des bœufs, où il faudroit plus d'un million de charrues, 8c 
environ 1,000,000 d'hommes pour exploiter 40 millions 
d'arpens de terre , qui ne rapporteroient que les deux 
cinquièmes du produit que donne la grande culture. Cette 
petite culture à laquelle les Cultivateurs font réduits , faute 
de richeiTes pour établir les avances primitives , s'exécute 
aux dépens des biens -fonds mêmes employés en grande 
partie pour les frais , & par des dépenfes annuelles exceC- 
lîves pour la fubfiftance de la multitude d'hommes occupéj 
à ce genre de culture, qui abforbent prefque tout le pro- 
duit. Cette culture ingrate qui décèl* la pauvreté & la 
ruine des Nations où elle domine , n'a aucun rapport à 
l'ordre du Tableau , qui eu. réglé fur l'état de la moitié de 
l'emploi d'une charrue , où les avances annuelles peuvent , 
au moyen du fond des avances primitives, produire cent 
pour cent. 

Les avances primitives bien complettes de I'établifle- 
ment d'une charrue dans la grande culture, pour le pre- 
mier fond des dépenfes en beitiaux, inftrumens, femence , 
nourriture , entretien , falaire , &c. dans le cours du 
travail de deux ans, avant la première récolte, font efli- 
mées 1 0,000 liv. ainiï le total pour trois cens trente-trois 
mille trois cens trente-quatre charrues, eft 3 ,3 3 3 ,3 4 0,0 oo ! . 



V1J 

Voyez dj.ru l'Encyclopédie les art. Ferme, Fermiers, 
Graiks. 

L'intérêt de ces avances doit rendre au moins î o pou? 
100, parce que les produits de l'agriculture font expoféi 
à des accidens ruineux qui, en dix ans, enlèvent au moins 
la valeur de la récolte d'une année. Ces avances exigent 
d'ailleurs beaucoup d'entretien & de renouvellemens ; ainfi 
le total des intérêts des avances primitives de l'établifle- 
ment des Laboureurs, eft ....... . 333,3 z2,ooo hr * 

Les prés, les vignes, les étangs, les bois, &c. deman- 
dent peu d'avances primitives de la part des Fermiers. La 
▼aleur de ces avances peut erre réduite , en y comprenant 
les dépenfes primitives des plantations & autres travaux 
exécutés aux dépens des Propriétaires , à 1,000,0001,000'. 

Mais les vignes & le jardinage exigent beaucoup d'avan- 
ces annuelles qui, rapportées en commun avec celles des 
autres parties , peuvent du fort au fbible , être comprifes 
dans le total des avances annuelles expofées ci-deiïus. 

La reproduction totale annuelle en pro- 
duit net, en avances annuelles avec leurs 
intérêts, & en intérêts des avances primi- 
tives, évaluée conformément à l'ordre du 
tableau, ejl M 43 >3 **,OOO f . 

Le territoire de la France Jpourroit produire autant & / ojv t< ^ 
gneme beaucoup plus. ***-iobu- 

De cette fomme de 1,543,312,000', il y a $2$ mil- 
lions qui font la moitié de la reproduction des avances 
annuelles employées à la nourriture des animaux: Il refte, 
(fi tout l'impôt rentre dans la circulation , & s'il ne porte 
pas furies avances dus Laboureurs.) . , 2, 01 8,312,00c 1 . 



Vill 

C\Jîy POUR LA DÉPENSE DES HOMMES , du fort au foible, 
bo^y^SOyboo 1 pour chaque million de chef de famille , ou 
pour un chef de famille 56z liv. que les accidens réduifent 
environ à Ô30 liv. Sur ce pied un Etat eft riche; & le$ 
hommes y fubfiftent dans i'aifance. \ 

Le fond des terres qui produit annuellement au profit 
des hommes, 2,543,3 11,000', dont 1 ,050,000,000' font 
en produit net, étant eftirné fur le pied du denier 30, eft 
dans ce point de vue une richeife de 33,455,000,000', 
auquel il faut ajouter les 4,333,340,000* d'avances pri- 
mitives; le total eft 36,788,340,000', en y réuniffanj 
les 1,210,500,000' du produit annuel. 

Le Total ,. frais compris, 
des richesses de la classe des 
dépenses productives sera 40,331,660,000'. 

On n'a pas eftirné à part la valeur & le produit des 
des beftiaux , parce qu'on les a compris dans les avances 
des £exmiers- r -&: dan-.Ja tr\tn\ ..^e^^roduits annuels. 

Nous plaçons ici les terres, parce que, relativement à 
leur valeur vénale , on peut les regarder en quelque forte 
comme des richefles mobiliaires , en ce que leur prix eft 
aflujéti aux variations de l'état des autres richefles néceflai- 
res pour la culture ; car les terres fe détériorent , & les Pro 
priétaires perdent fur la valeur vénale de leurs biens-fonds, 
à proportion que les richefles de leurs Fermiers dépériflent,, 

Les richejfes de la clajfe des Dépenfes flériles font 1 ." le 
fond des avances annuelles ftériles - . « j 2 5, 00 0,00 o"*' 

2. Avances primitives de cette clafîe 
pour ésabliiTemeni de manufa&ures, pour 

inftrumens 



11 



2,000,000,000' 



inftrtrrnens, machines, moulins, forges 

ou autres ufances, &c. 

3/ L'argent monnoyé ou le pécule 
d'une Nation agricole opulente , eft à 
peu près égal au produit net qu'elle 
retire annuellement de (es biens -ronds 
par l'entremife du commerce 1,000,000,000* 



* Ou environ 1 8, 600,000 de marcs d'argent. 
On remarque que le pécule de l' Angleterre 
refte fixé à j^eu pi es à cette proportion, cjuï , 
dans Tctat piéfent de fes richeffes , fe foûtieit 
environ a acS million* fteilins , ou à 1 1 millions 
«le marcs d'argent. Si cette Nation s'eft f ouv'e 
cxpofée par fes guerres à des hefoirts preffans , 
& a des emprunts exceffifs , ce n'e'toit pas par 
le défaut de l'argent , cet oit par les dépenfes qui 
Cicédoient les revenus de l'Etat : Quand l'ar- 
gent fournrroit aux emprunts , les revenu! n'en 
iefoient pas moins furchargés par les dettes , 
cV la NAion ferOit ruinée; fi ta fource même 
«les revenus en fouffroit un dépénftément pro- 
sjrifhf, qui diminuât la reproduction annuel'e 
«le» richeffes. Oeft fous ce povrrt de vue qu'il 
fa.it envifager l'état des Nation' ; paice <sue I* 
pécule eft toujours tenaillant daaL-.uui£ Nation 
où les riche.T.'s fe renouvellent continuellement 
Ce fans dépériffement. Pendant environ un fiècle, 
c'eft-à-diie , depuis 14JO jufquVl 5 jo, il y a eu 
en Europe une grande diminution dans la quan- 
tité de l'argent , comme on pent en juger par 
le ptix des maichandifes en ce temps-là; mais 
cette moindre quantité de pécule étoit indiffé- 
rente aux Nations , parce que la valeur vénale 
de cette iicheife étoit la même pat-tout , Se 
que , pai rapport au pécule , leur état étoit le 
même relativement a leurs revenus, qui croient 
par-tout également meiurés par la valeur uni- 
forme de Targerr ; Dans ce cas , il vaut roieù» , 
pour la commodité des hommes , que ce foit la 
valeur qui fupplée à la malle, qac fi la malle 
•uppliion a la valeur. On eft porté à et ire 
que c'eft la découverte de l'Amérique qui a pro- 
curé Cxi Europe une plus grande abondance d'en 
4c d'argent ; cependant I* valeur de l'argent 
•avoit bailïé vis-à-vis les marchandées , au degré 
où elle tû. aujourd'hui, avaM l'arrivée <k fat, 



8c de l'argent de T Amérique en Europe. Mais 
toutes ces variétés générales ce changent rien 
à l'état du pécule de chaque Nation , y étant 
toujours proportionnel aux revenos des biens- 
fonds & aux gains du commerce extérieur. Dans 
le ftècle précédent, fous Louis XIV, le m;rc 
<f argent monnoyé.valoit 18 liv. Ainfi 18.600,000 
de marcs valoient alors environ too millions. 
C étoit à peu près l'état du pécule de la France 
dans ce temps où le Royaume étoit beauco p 
plus riche qu'il n'étoit fur la fin du règne de 
ce Monarque. 

En 1716, la tefonte générale itt efpèees no 
monta pas à 400 millions ; le marc d'argent 
monnoyé étoit à 43 liv. il fols; ainfi la maife 
des efpèces de cette refonte oc montait pas 4 
neuf militons de marcs ; c' étoit plus de moitié 
moins que ( «*n l«-s refonte» générales de l68| 
fie 1693. ( -ette malie rie pécule n'aura pu aug- 
roentet par les fabrications annuelles rfefpèces , 
qu'autant que le revenu de la Nation aura aug- 
menté : Quelque confidérable que foit le total 
de ces fabrications annuelles depuis cette re- 
fonte , il auta moins fervi a augmenter la malle 
d'argent monnoyé , qu'a reparer ce qui en eft 
enlevé annuellement par la contrebande , par 
les diverfes branches de commerce paffif , 8t r zt 
d'autres emplois de l'argent chez l'étranger ; car 
depuis 44 ans le total de ces tianfmiffions annuel- 
les bien calculé, fe trouveroit fort confidérable. 
L'tog mentation du numéraire qui eft futée de- 
pjis long-temps à J4 livres, ne prouve pas que 
la quan'ité du pécule de la Natico ait beau- 
coup augmenté. Cet efrimations font peu con- 
formes aux opinions du vulgaire , fur la quan* 
tité d'argent monnové d'une Nation ; le peuple 
croit que t'eft dans l'argent que confuse la 
TichefTe d'un Etat : mais l'argent, comme toutes 
les aaiies productions, n'ell richeffe qu'à ta. ion 



X 

4° La valeur foncière de 4 millions 
de maifons ou logemens pour 4 millions 
de familles, chaque maifon eftimée du 
fort au foible 1500 liv. eft. 6,000,000,000,' 

5. La valeur de l'emmeublement & 
uirenfiles de 4 millions de maifons efK- 
mées du fort au foible environ à une 
année du revenu ou du gain de 4 mil- 
lions de chefs de familles, eft 3,000,000,000* 

6.° La valeur de l'argenterie, bijoux, 
pierreries , glaces , tableaux , livres & 
autres ouvrages de main-d'œuvre du- 
rables r qui s'achettent ou Ce trans- 
mettent par fucceflion, peut être, dans 
une Nation riche, de 3,000,000,000. 

7. La valeur des vaiflêaux mar- 
chands & militaires , & leurs dépen- 
dances , fi la Nation eu n idiiiiiue * de 
plus , l'artillerie , les inftrumens & autres 
ouvrages durables pour la guerre de 
terre. Les édifices, décorations & au- 
tres ouvrages durables publics: tous ces 
objets enfemble peuvent être évalués à... 2,000,000,000. 

On ne parle pas des marchandées de main -d'oeuvre 

de fa valeur vénale, 8f n'efl pas plus difficile A arec les autres Nations, pour d'autres richeffes 
•cquérir qne toute autre marchandii'e , en la qui lui feraient plus avantageufes ", ou plus fa- 
payant par d'autres richeffes. Sa quantité dans tisfaifantes ; car les poffeffeurs de l'argent , m (me 
un Etat Y eft bornée à fon ufage , qui y eft les plus économes , font toujours attentifs à e?i 
ïéglé par les ventes & 1*5 achats dans fes dé- retirer quelque profit. Si on trouve à le prêter 
penfes annuelles ; & les dépenfes annuelles j dans le pays 1 un haut intérêt , c'eft une preuve 
font réglées par les revenus. Une Nation ne qu'il n'y eft tout au plus que dan» la proportion 
«loir donc avoir d'argent monnoyé qu'a raifon que nous avens observée , puifqrj'on en pave 
de fes revenus ; une plus grande quantité lui Pufage ou le befoin à fi haut prix : Tel eft l'i ,- 
twoit uiuuU, elle «a «tiiinjetoit le fupcrâtt tiim-t i<u„cui tu Fia» w « «tc^uai kiO£*vui£i. 



& denrées exportées ou importées , & renfermées dans 
les boutiques & magafins des Commerçans , deftinées à 
l'ufage ou confommation annuelle , parce qu'elles font 
comprifes & comptées dans l'état des productions & dé- 
penfes annuelles , conformément à Tordre expofé dans le 
Tableau. 

Total des richesses de la 
classe des dépenses stériles i 8,000,000,000' 

Total général 59,000,000,000. 

Suppofez erreur de i,.* de plus ou 
de moins, c'eft 5 j à 60,000, 000,000» 

Nous parlons d'une Nation opulente qui pofTede un 
territoire & des avances qui lui rendent annuellement & 
fans dépériflement 1 milliard' 50 millions de produit netj 
mais toutes ces richefles entretenues fucceflivement par 
ce produit annuel , peuvent Ce détruire ou perdre leur 
valeur , dans la décadence d'une Nation agricole , par le 
firnple dépériflement des avances pour les dépenfes pro- 
ductives , / lequel peut faire de grands progrès en peu de 
temps par huit caufes principales. 

i.° Mauvaife forme d'impofition, qui porteroit fur les 
avances des Cultivateurs, Noli me tangerei c'eft la devife 
de ces avances. 

i.° Surcharges de l'impôt en dépenfes de perception. 

3. Excès de luxe de décoration. 

4. Excès de dépenfes litigieufes. 

5. Défaut de commerce extérieur des productions des 
biens -fonds. 



6.° Défaut de liberté dans le commerce intérieur des 
denrées du crû , & dans la culture. 

j.° Vexations personnelles des habitans de la cam- 
pagne. 

8. Défaut du retour du produit net annuel à la clafle 
des dépenfes productives. 









EXTRAIT 



TABLEAU (ECONOMIQUE. 



FOurnies par l'agricul- 
ture, prairies . pâtures , 
(Foi :îs , mines , pêche , &c. 
En grains, boulons, vian- 
' I ..'s, bsiliaux, matie- 
res premières des inarchan- 
difes de main d'ceuvre , &C. 
I.^ébit réciproque d'une 
clafle de dépenfe à l'autre qui 
diftribue le revenu de 600 
liv. de part & d'autre , ce qui 
donne 300 liv. de chaque 
côté : outre les avance 1 - qui 
font conservées. Le Proprié- 
taire fubfiite par les 600 liv. 
qu'il dépenfe. Les 300 livres 
contribuées à chaque claffe 
de dépenfe peuvent y nour- 
rir un homme dans l'une Se 
dans l'autre : ainfi 600 livres 
de revenu peuvent taire lub- 
fifter trois hommes cheis de 
famille. Sur ce pied 600 mil- 
lions de revenu peuvent taire 
fubfifter 3 millions de famil- 
les eftimées à 3 perfonnes, 
hors de bas âge , par famille. 
Les frais de lac'affe des dé- 
penfes productives qui re- 
nailTent au ffi chaque année, 
&. dont environ la moitié effc 
en falaire pour le travail 
d'homme , ajoutent 300 mil- 
lions qui peuvent faire fub- 
fifter encore un million de 
chef, de famille à 300 liv. 
chacun. Ainfi ces 900 mil- 
lions qui naitroient annuelle- 
ment des biens fonds , pour- 
roient faire fubfifter 12 mil- 
lion-, de perfonnes hors de 
bas âge, conformément à cet 
ordre de circulation & de 
distribution de-; revenus an- 
nuels. Par circulation on en- 
tend ici les achats payés par 
ie revenu, 6c la distribution 
qui partage le revenu entre 
les hommes par le paye- 
ment des achats de la pre- 
mière main , aLltraéiion faite 
du commerce qui multiplie 
les ventes & les achats , fans 
lier les chofes , 6k qui 
n'eft qu'un furcroit de dépen- 
les ftériles. 



.DEPENSES DEPENSES DU REVENU, DEPENSES 
[productives. l'Impôt prélevé, fe partagent stériles. 



aux D'-penfes productives âc 
aux Depenles ftériles. 



E 



Avances annuelles. 

fr- 
600 produifent 



Revenu. 

tt- 
.-600 



Produirions. 



11- tf 

300 reproduifent net 300 

150 reproduifent net 150 

75 reproduifent net 75 

37" 10 reproduifent net 37- 10 

18-15 reproduifent net iS-t j 

j....j. ..-6 reproduilent net-. J....7 — 6 

4-13. -.-y reproduilent net-- 4--I3- — o, 

a....6--io reproduifent net-. 2— -6-. 10 

i....j....^ reproduifent net- 1 — 5 — 5 

0--JI--8 reproduifent net- ou— S 

0—5. .10 reproduifent net-, o—j.-io 

o— -2-.il reproduifent net-- 0—2--11 

o— -I-— 5 reproduifent net... o— • 1 — 5 



Avances annuelles, 

tt- 

300 



Ouvrages, &c. 

4Sfc 

30O 

I 5 

75 

37-10 

18-15 
Q....7....6 
4-13-9 
2—6 10 
••••■3-5 



o— • 5"io 



0....1...5 



Reproduit total 600 de revenu & les frais annuels 

d'agriculture dé 600 livres que la Terre reftitue. Ainu la 

reproduction ett de laooliyres. 



N marchandifes de main 
d'oeuvre, logemens, vête- 
mens , intérêts d'argent , do- 
meiliques , frais de commer- 
ce , denrées étrangères, cxc. 
Les achatsréciproques d'une 
c l.i.le de dépenfe à l'autre dis- 
tribue le revenu de 600 liv. 

Les deux claffes dépenient 
en partie lur elles-mêmes, 6c 
en partie réciproquement l'u- 
ne lur l'autre. 

La circulation porte 600 
liv. à cettecolomne , lur quoi 
il faut retirer les 300 liv. des 
avances annuelles, relte ici 
300 liv. pour le falaire. 

L'impôt qui doit être rap- 
porté a cette clalTe , ett pris 
lur le revenu qui s'obtient par 
les depenfes réproductives , 
& vient fe perdre dans cette 
claffe-ci,àla réfervedeeequi 
rentre dans la circulation , 
où il renaît dans le même 
ordre que le revenu , CM fe 
distribue de même aux deux 
dalles. Mais il ett toujours 
au préjudice du revenu des 
propriétaires, ou des avances 
des cultivateurs, ou de l'épar- 
gne lur la confommation* 
Dans les deux derniers cas il 
elt deftruétif , parce ciu'il di- 
minue d'autant la réproduc- 
tion ; ilen elt de même de ce 
qu'il en palle à l'étranger (ans 
retour, & de ce qui en cit. 
arrêté par les fortunes pécu- 
niaires des traitans 1 
de la perception & de > de- 
penfes.; car' ces partie-, de 
l'impôt détournées ou déro- 
bées par l'épargne aux depen- 
fes productives , ou priles lur 
les avances des cultivateurs , 
éteignent la réproduction , 
retombent doublement en 
perte fur les propriétaires , OC 
detruifent enfin la maife du 
revenu qui fournit l'impôt , 
lequel ne doit porter que lur 
le propi iétaire , & non lur ies 
dépenies reproductives , où 
i 1 ruine le Cultivateur, le 
?.ojjrié;aire , &. l'Etat. 



3 

EXTRAIT 

DES (ECONOMIES ROYALES 
D E M. DE S U L L Y. 

ON voit dans le tableau précédent que dans l'ordre de la circulation 
régulière de 600 millions de revenu annuel, ces 600 millions s'obtien- 
nent au moyen de 900 millions d'avances annuelles (#) & qui fe diftribuent 
annuellement à quatre millions de chefs de famille. Il y a un million de pro- 
priétaires , dont la dépenfe eft eftimée du fort aufoible à 600 pour chacun 
(S) &c trois millions de chefs de famille , occupés aux travaux ou emplois 
lucratifs qui , chacun du fort au foible , retirent 300 liv. pour leur dépenfe ;. 
mais dans cette diftributionon fuppofe, 

■■ j°. Que la totalité des 600 millions de revenu entre dans la circulation 
annuelle & la parcourt dans toute fon étendue ; qu'il ne fe forme point de 
fortunes pécuniaires, ou du moins qu'il y ait compafTation entre celles qui 
fe forment, & celles qui reviennent dans la circulation ; car autrement ces 
fortunes pécuniaires arrêteroient le cours d'une partie de ce revenu annuel 
de la Nation , & retiendroient le pécul ou la finance du Royaume , au 
préjudice de la réproduflion du revenu &c de l'aifance du Peuple. 
s i°. Qu'une partie de la fomme du revenu ne paiTe pas chez l'étranger y 
fans retour en argent ou en marchandifes. 

\ j°. Que la Nation ne fourfre pas de perte dans fon commerce réciproque 
avec l'étranger, quand même ce commerce leroJt fort profitable aux Corn- 
merçans en gagnant iur leurs concitoyens dans la vente des marchandifes 
qu'ils rapportent ; car alors l'accroiftement de fortune de ces Commerçons 
■eiT untftranchement dans la circulation des revenus, qui eft préjudiciable 
à la diftribution & à la reproduction. 

>» 4°. Qu'on ne foit pas trompé par un avantage aparent du commerce 
réciproque avec l'étranger, en en jugeant fimpicment par la balance des 
fommes en argent , fans examiner le plus ou le moins de profit qui réfulte 
des marchandises mêmes que l'on a vendues , ôc de celles que l'on a ache- 
tées : car fouvent la perte eft pour la Nation qui reçoit un furplus en argent , 
ôc cette perte fe tourne au préjudice de la diftribution & de la repro- 
duction des revenus. 

(a) Si on ajoûtoit l'impôt aux éoo millions de revenu & que l'impôt fut de 200 millions , il 
fâudroit que les avances annuelles tutTent au moins de 1200 millions , fans compter les avances 
primitives, néceflaires pour former d abord l'étahlilTemement des Laboureurs : ainfi il faut re- 
marquer que les terres les plus fertiles leroient nulles fans les richefics néceflaires pour lubvemr 
auxdéperfcs de la cultirre , &i que la dégradation de l'agriculture dans un Royaume ne doit pas 
être .'.r.putée à la parefTe des hommes, mais à leur indigence. 

(£; Les 600 millions de revenu peuvent être partages à un plus petit nombre de propné- 
ta ; res : Dans ce cas, moins il y auroit de propriétaires, plus la dépenfe de leur revenu lur- 
psfl'croit la confommation que chacun d'eux pourroit uire perfonnellement. Mais ils feroient 
des libéralité , ou raflimbleroient d'autres hommes pour confommer avec eux ce que leur 
fourniront la dépenfe de leur revenu : ainfi cette dépenfe fe trouveroit diflribuée à-j.eu-]>ies , 
comme s'il y avo : t un plus grand nômlre de propriétaires bornés chacun à unemo>nJ:c dépenfe. 
On doit penferde même de l'inégalité des gains ou des profits des hommes des autres clafles. 

Ai; 



4 

5°. Que les propriétaires & ceux qui exercent le? profetfions lucratives, 
ne (oient pas portés par quelqu'inquiétude , qui ne feroit pas prévue par 
le Gouvernement, à fe livrer à des épargnes ftériles qui retrancheroient de la 
circulation & de la distribution une portion de leur revenu , ou de leurs gains, 
"^é . Que l'administration des finances, foit dans la perception des impôts , 
foit dans les dépenfes du Gouvernement , n'occaiionnent point de fortunes 
pécuniaires , qui dérobent une partie des revenus à la circulation , à la 
distribution & à la reproduction. 

7°. Que l'impôt ne foit pas deftruclif oudifproportionné à la maSTe du re- 
venu de la Nation , que fon augmentation fuive l'augmentation du revenu 
de la Nation, qu'il foit établi immédiatement fur le revenu des propriétai- 
res, ck non fur les denrées où il multiplieroit les frais de perception , & pré- 
judicieroit au commerce ; qu'il ne fe prenne pas non plus fur les avances des 
fermiers des biens fonds, dont les richelTes doivent être confervées précieu- 
sement pour les dépenfes de la culture , 6k éviter les pertes des revenus. 

v.8 y . Que les avances des fermiers foient fuffifantes pour que les dépenfes 
de la culture reproduifent au moins cent pour cent: car fi les avances ne font 
pas fuifilantes , les dépenfes de la culture font plus grandes à proportion , 6k 
donnent moins de produit net (a). 

.9 . Que les enfans des fermiers s'établifTent dans les campagnes pour y 
perpétuer les laboureurs. Car fi quelques vexations leur font abandonner les 
campagnes , 6k les déterminent à fe retirer dans les villes , ils y portent les 
richefTes de leurs pères qui étoient employées à la culture. Ce font moins les 
hommes que les richefTes qu'il faut attirer dans les campagnes ; 6k plus on 
emploie de richefTes à la culture des grains, moins elle occupe d'hommes y 
plus elle profpere, 6k plus elle donne de profit net. Telle eft la grande cul- 
ture des riches fermiers , en comparaifon de la petite culture des pauvres 
métayers qui labourent avec des bœufs ou avec des vaches (6). 

(<j) Dans tel Royaume. les avances ne produifoient du fort au toible , l'impôt à part , qu'en- 
viron 20 pour cent , qui fe diftribucient à la dixme , su propriétaire , au fermier , pour fon 
gain , les ntérêts de fes avances , & fes niques : Ainfi déficit de trois quarts iur le produit net. 

L'impôt étoit prelque tout établi fur les fermiers & fur les marchandées, ainfi il portoit fur 
les avances des dépenfes , ce qui les chargeoit d'environ 500 millions pour l'impôt , les gains r 
les frais de régie , &c. Et elles ne rendoient à la Nation , à en juger par la taxe d'un dixième,' 
qu'environ 460 millions de revenu. Les dépenfes productives éiuient enlevées iuccefîîvemem 
par l'impôt , au préjudice de la reproduction. Le fur-faix de l'impôt fur ie prix naturel des 
denrées ajoûtoit un tiers en fus au prix des marchandifes dans la dépenfe du revenu de 400 mil>- 
lions; ce qui le réduifoit, en valeur réelle, à 300 millions, & porto:: le même préjudice an 
commerce- extérieur. cv a l'emploi de l'impôt qui rentroit dans la circulation. 

Le commerce réciproque avec l'étranger raporte des marchandiies qui lont payées par les reve- 
nus de la Nation en argent ou en échange ; ainfi il n'en faut pas faire un objet à part qui formeroit 
un double emploi. 11 faut penfer de même des loyers de maifons Se des rentes d'intérêt 
d'argent : car ce (ont des dépenfes pour ceux qui les payent , excepté les rentes placées iur les 
terrts, qui font affignées fur un fonds produisit; mais ces renies font comprifes dans le produit 
du revenu des terres. 

(£) Dans la grande culture, un homme feul conduit une charrue tirée par des chevaux, 
qui lai: autant de travail que trois charrues tirées par des bœufs, & conduites par fix hommes: 
Dar-i ce dernier cas, faute d'avances pour l'établuTement d'une grande culture, la dépenfe 
annuelle eft excefiive , 6k. ne rend prefque point de produit net. On dit qu'il y a une 
nation qui eft réduite à cette petite culture dans les trois quarts de fon territoire, 6k qu'il y 
a d'ailleurs un tiers des terres cultivab'es qui fon: en non valeur. Mais le Gouvernement 
eft occupé à arrêter les progrès de cette dégradation , &. à pourvoir aux moyens de la 
réparer, Voyt^ dans /'Encyclopédie let articles Fermiers, Ferme, Grauxs, 



- ^o . Que P< n évite la déferrkm des habitans qui empor te n t lents ridreffes 
hors du Royaume. 

\fi°. Que l'on n'empêche point le commerce extérieur des denrées du 
Cil ; car tel eft ic débit , telle eft la reproduction. 

ii°. Qu'on ne fafle point bailler le prix des denrées & des marchandifes 
dans le Royaume; car le commerce réciproque avec l'étranger deviendroit 
défavantageux ?. la Nation. Telle efl la valeur vénale , tel ejl le revenu. 

•vJ3°. Que l'on ne croye pas que le bon marché des denrées foit profitable 
au menu peuple; car le bas. prix des denrées fait baifTer leur falaire , diminue 
leur aifance , leur procure moins de travail ou d'occupations lucratives , &C 
diminue le revenu de la Nation. 

NJ4°. Qu'on ne diminue pas L'aifance du bas peuple , car il ne pourroit pas 
aflez contribuer à la coniommation des denrées qui ne peuvent être confom- 
mées que dans le pays, & la reproduction & le revenu de la Nation dimi- 
nueraient. 

«^,15°. Qu'on favorife la multiplication des beftiaux ; car ce font eux qui 
fournirent aux terres les engrais qui procurent les riches moifïbns. 

^6". Que l'on ne provoque point le luxe de décoration , parce qu'il ne fe 
foutient qu'au préjudice- du luxe de fubuftance , qui entretien* le débit & le 
bon prix des denrées du crû , & la reproduction des revenus de la Nation. 

X17 , Que le gouvernement ^économique ne s'occupe qu'à favoriier les 
dépenfes productives & le commerce extérieur des denrées du crû , & qu'il 
IaifTc aller d'elles-mêmes les dépenfes Itériles (a). 

1 8°. Qu'on n'efpere de reffources pour les belbins extraordinaires de l'Etat, 
«"uedelaprclpéritéde laNation,&nondu crédit desFinanciers;car les fortunes 
pécuniaires font des richefles clandestines qui ne connoiffent ni Roi ni patrie. 
•^ 19 . Que l'Etat évite les-emprunts qui forment des rentes financières , & 
qui occafionnent un commerce, ou trafic de finance, par l'entremife des 
papiers commerçables, où l'efcompte augmente de plus en plus les fortunes 
pécuniaires Itériles, qui féparent la finance de l'agriculture , & qui la pri- 

(a Les t.v,-a.:x des marchandifes de main d'oeuvre & d'induftrie pour l'ufagedela Nation, ne 
font qu'un objet difpendieux & non une fourec de revenu. Ils ne peuvent procurer de profit net 
dans la vente à l'étranger , t|ue dans les pays où la main d'oeuvre eft à bon marché par le bas prix 
des déniées qui fei venta la lùhfiftance des ouvuers; condition fort défavantageufeau produit des 
biens-fonds ; auflï ne doit-elle pas exifter dans les Etats qui ont la liberté & la facilité d'un com- 
merce extérieur qui foutient le débit & le prix des denrées du crû , & qui heureufement détruit 
le petit produit net qu'on pourroit retirer d'un commerce extérieur de marchandifes de mail» 
à' oeuvre , où le gain feroit établi fur la perte qui rétulteroit du bas prix des produirons des biens- 
fonds. On ne confond pas ici le produit net ou le revenu pour !a Nation avec le gain des cotnmer- 
çans iSeentrepie-eurs de manufactures ; ce gain doit être mis au rang des frais par rapport à la 
Nation ; il ne ;uftiroit pas , par exemple , d'avoir de riches laboureurs , fi le territoire qu'ils cul- 
«iveroient , ne produifoit que pour eux. Il y a des Royaumes oii la plupart des manulaétures ne 
peuventfefomenirque par des privilèges exclufifs, & en mettant laNationà contribution par des 
prohibitions qui lui interdirent l'ufaged'autres marchandifes de main d'oeuvre. Il n'en eft pas de 
même de l'agriculture & du commerce des produirions des biens-fonds où la concurrence la 
plus aclive multiplie les richefles des nations qui polïédent de grands territoires. Nous ne parlons 
jias ici du commerce de trafic qui eft le lot des petits Etats maritimes ; mais un grand Etat ne doit 
pas quitter la charrue pourdevenii voiturier. On n'oubliera jamais qu'un miniftre du dernier lie. I? 
ébloui du commerce des Hollandois Se de i'éclatdes manufactures de luxe ,aiettéfa patrie daa* 
un tel délire , que l'on ne parloit plus que commerce &. argent , fans penfer au véritable emploi 
de l'argent, ni au vémable commerce du pays. 



6 

vent des richeffes néceffaires pour l'amélioration des biens-fonds & pour 
la culture des terres. 

2o°. Qu'une Nation qui a. un grand territoire à cultiver, & la facilité d'exer- 
cer un grand commerce de denrées du crû, n'étende pas trop l'emploi de 
l'argent & des hommes aux manufactures & au commerce de luxe , au préju- 
dice des travaux &c des dépenfes de l'agriculture ; car préférablemcnt à 
tout , le Royaume doit erre bien peuplé de riches laboureurs (<z). 

2i°. Que chacun foit libre de cultiver dans fon champ telles productions 
que fon intérêt , fes facultés , la nature du terrein lui fuggcrent , pour en tirer 
le plus grand produit qu'il lui foit poffible ; car on ne doit point favorifer le 
monopole dans la culture des biens-fonds, parce qu'il eft préjudiciable au 
revenu général de la Nation ; le préjugé qui porte à favorifer l'abondance 
des denrées de premier befoin, préférabiement à celle de moindre beioin 
au préjudice de ia valeur vénale des unes ou des autres, eft infpiré par des 
rues courtes qui ne s'étendent pas jufqu'aux effets du commerce extérieur 
réciproque qui pourvoit à tout , & qui décide du prix des denrées que 
chaque Nation peut cultiver avec le plus de profit. Ce font donc les revenus 
& l'impôt qui font de premier befoin pour défendre les fujets contre la 
difette , & contre l'ennemi, &c pour foutenir la gloire & la puiffance du 
Monarque. 

22 e . Que le Gouvernement foit moins occupé des foins d'épargner , que 
des opérations néceffaires pour la profpérité du Royaume ; carde trop 
grandes dépenfes peuvent ceffer d'être exceffives par l'augmentation des 
richefles. 

v 23 e . Qu'on foit moins attentif à l'augmentation de la population qu'à 
l'àccroiffement des revenus; car plus d'aifances que procurent de grands 
revenus eft préférable à plus de befoins preflans de tubiïltance qu'exige une 
population qui excède les revenus ; & il y a plus de reffources pour les 
befoins de l'Etat , quand le peuple eft dans l'aifance , & aufîï plus de 
moyens pour faire profpérer l'agriculture (£). 

Sans ces conditions , l'agriculture , qu'on fuppofe , dans le Tableau , 
produire comme en Angleterre cent pour cent, feroit une fiction : Mais 
les principes n'en font pas certains. 

(a) On ne doit s'attacher qu'aux manufactures de marchandises de main d'ecuvre dont on 
a lef matières premières, fit qu'on peut fabriquer avec moins de dépenfe que dans les autres 
piys : Et il faut acheter de l'étranger les marchandifes de main d'eeuvre , qu'il peut vendre 
a meilleur marché qu'elles ne coûteroient à ia nation, fi elle les faifoit fabriquer chez elle. 
Par ces achats, on provoque le commerce réciproque : car fi on vouloir ne rien acheter, 
6e vendre de tout, on éteindroit le commerce extérieur, 5c les avantages de l'exportation 
des denrées du crû. 

(£) L'idée dominante de la guerre dans les Nations, fait penfer que la force des Etats confiée 
dans une grande population; or la partie militaire d'une Nation ne peut./ubnfter que par la 
partie contribuable : fuppoferoit-on que les grandes richeffes d'un Etat s'obtiennent par l'abon- 
dance d'hommes ; mais les hommes ne peuvent obtenir & perpétuer les richefles que par les 
richefles , fie qu'autant qu'il y a une proportion convenable entre les hommes Se les richeffes. 
Une Nation croit toujours qu'elle n'a pas afiei d'hommes , 6c on ne s'apperçoit pas qu'il n'y a 
pas afle* de falaire pour foutenir une plus grande population , ck. que les nommai n abondent 
dii!»au pays, qu'autant qu'ils y trouvent des gains aflurés pour y fubfifter. 






University of Toronto 
Library 

DONOT 

REMOVE 

THE 

CARD 

FROM 

THIS 

POCKET 



Acme Library Card Pocket 
LOWE-MARTIN CO. umited